Padre Pio

Francisco Forgione, présente la particularité d’avoir ” expérimenté ” quasiment tous les phénomènes miraculeux relatés dans les plus merveilleuses histoires de saints. Né en 1887 à Pietrelcina, non loin de Naples, il demanda à 15 ans à entrer au couvent des capucins. Dès le noviciat, il eut d’extraordinaires expériences du démon qui le torturait physiquement et l’empêchait de dormir. Ce n’était qu’un début et toute sa vie, comme le curé d’Ars, il dut affronter le diable. En 1915, il reçoit les stigmates de la passion du Christ, ce qui lui vaut des douleurs permanentes et des difficultés à marcher ; la plaie du côté saigne au point de remplir une tasse de sang par jour. La plaie ne présente jamais d’inflammation, elle est nettement ouverte. Les stigmates des mains et des pieds sont recouverts d’une mince peau qui obture le vide de l’emplacement des clous de la crucifixion ; ce vide est nettement perceptible à la palpation. De nombreux médecins, croyants ou non, ont examiné ce phénomène et n’y ont trouvé aucune explication ni analogie avec quelque autre fait médical.

La spiritualité du père Pio fait aussi des miracles, ou plutôt c’est Dieu qui en fait par son intermédiaire. Des foules viennent à son monastère de San Giovanni Rotondo pour se confesser et les pénitents constatent avec stupéfaction que le père lit dans leur coeur à livre ouvert: il leur rappelle tel événement caché de leur vie ou bien refuse la communion à quelqu’un qui, parmi la foule, n’est pas en règle avec sa conscience. Pendant la célébration de la messe, qui dure parfois trois heures, son visage exprime une émotion d’un autre monde. Il verse souvent des flots de larmes ou transpire à grosses gouttes malgré le froid. Les bouleversements spirituels qu’il provoque journellement chez ses visiteurs s’accompagnent parfois de guérisons miraculeuses.
Padre Pio

Tagged